fbpx

En Amérique centrale, le coût humain de la criminalité reste le plus élevé au monde. La criminalité a des coûts directs et indirecte. Les coûts directs comprennent le produit (les biens) et les ressources (temps et salaires des victimes et des délinquants) perdues pour cause de l’activité criminelle, et les ressources consacrées aux coûts sécurité – tant publique que privée – qui aurait pu autrement utilisés à des fins productives.
Au Honduras et au Salvador, l’activité criminelle généralisée coûte ces pays 16% du produit intérieur brut (PIB), 13% directement par et 3 % indirectement en raison du manque d’opportunités pour l’emploi. Le Guatemala pourrait perdre 7 % de son PIB à cause de la criminalité : 6 directement et 1% indirectement. Étant donné que ces pertes économiques sont graves pour l’Amérique centrale, qui fait face à une pauvreté et à des inégalités généralisées, réduit la criminalité est encore plus important.
Des analyses récentes montrent qu’une augmentation de 1 % du produit par habitant implique une diminution d’environ 0,5 % de la criminalité, tandis que qu’une diminution d’environ 5 % de la criminalité se traduit par une augmentation de 1 % du produit par personne. Le Latinobarómetro montre que la criminalité et la corruption dépassent l’emploi et d’autres défis (tels que l’inégalité des revenus) tels les problèmes les plus urgents dans le Triangle du Nord. Le trafic de drogue, la disponibilité des armes à feu et la violence Les causes de ces niveaux élevés de délinquance juvénile sont souvent citées.

*Source : Agence IPS

Pin It on Pinterest

Share This